Retour

+ Van Gogh et Montmajour

Arles de février 1888 à mai 1889

Lors de son séjour, Van Gogh exécute plus de 200 toiles, plus d'une centaine de dessin et va écrire plus de 200 lettres à son frère Théo.

En découvrant la campagne arlésienne, Vincent écrit à son frère : "Néanmoins j'ai vu de bien belles choses. Une ruine d'abbaye, sur une colline plantée de houx, de pins et d'oliviers gris". C'est Montmajour, où il retourne souvent. Captivé par les couleurs, il va parcourir le pays dans une grande ivresse d'espace et de soleil.

En juin, il réinvestit le site méthodiquement et effectue une série de croquis, dessins et études. Les ruines de l'abbaye, ont un air de gravures romantiques simplement parce que ce qu'il y découvre le met en correspondance avec toutes les formes de peinture qu'il affectionne. C'est pour lui, une source d'inspiration particulière, une sorte de "montagne magique". En juillet 2013, on annonce la découverte d'un nouveau tableau qui s'intitule : coucher de soleil à Montmajour. Cette toile a été peinte sur le site de Montmajour. Van Gogh raconte dans une lettre qu'il a eu toutes les peines du monde à faire cette toile à cause des rafales de vent incessantes qui la faisaient s'envoler.

"Coucher de soleil à Montmajour", Vincent Van Gogh, 1888

   

< Retour à la page "La basse-cour, la porterie et le pavillon des dames"